Porquerolles ombres chinoises d'une familles

Photo Frédéric Campo – Solanum PhotoGraphiste

25,0065,00

Effacer
Prix du produit
Montant total des options:
Total de la commande:

Porquerolles est la plus grande île et la plus occidentale des trois îles d’Hyères avec ses 12,54 km² de superficie.
Elle se situe

  • À 2,6 km au sud-est de la Tour Fondue, l’extrémité sud de la presqu’île de Giens,
  • À 9,6 km à l’ouest de l’île de Port-Cros

Histoires de Porquerolles

C’est un personnage pour Dumas, Kessel ou Jack London. François-Joseph Fournier est pourtant peu connu, hormis par les quelques habitants historiques de l’île de Porquerolles. Chaque année, ceux-ci fleurissent sa tombe le 13 janvier. En souvenir de ce jour de 1935 où il est mort à l’âge de 77 ans. Il avait parcouru une grande partie du monde : De la Belgique il est arrivé en France

  • Le Canada.
  • Le Panamá
  • Les États-Unis
  • Le Mexique
  • Retour en France, du Nord au Sud à Porquerolles.

Qui est François-Joseph Fournier : l’île de Porquerolles

François-Joseph Fournier Achète l’île de Porquerolles en 1912 pour l’offrir à sa femme
Né le 6 décembre 1857 à Clabecq, en Belgique, dans une famille de bateliers pauvres qui naviguent sur le canal Bruxelles-Charleroi. François-Joseph Fournier est le fils de Jean- Baptiste et Hortense, qui se sont mariés deux ans plus tôt.Il est né dans leur baquet.

Il refuse de devenir batelier à son tour.

Pour s’en sortir et éviter ce destin, il ira à l’école et apprendra à écrire et à compter. Son instituteur Félicien Ballen le soutient car croit en ses capacités.

À la mort de son père, et sur les conseils de son instituteur, il part à Paris pour intégrer une école pour apprendre un métier de l’industrie.

Destination : l’Amérique

À 19 ans, il part à pied. Au culot, il parvient à se faire embaucher dans une entreprise de mécanique de précision. Un jour, alors qu’il s’aventure au Muséum national d’histoire naturelle, il aperçoit une annonce : « Le Muséum recherche un garçon de laboratoire, bonne présentation, soigneux. Rapidement, il se fait remarquer par sa curiosité. C’est cette même curiosité qui le pousse au Conservatoire national des arts et métiers où il rencontre l’inventeur du manomètre, l’ingénieur Bourdon.

Les établissements Bourdon le recrute quelques semaines plus tard où il travaille sur les circuits à pression des locomotives à vapeur. Mi-octobre 1882, il apprend le décès de sa mère dans le plus grand dénuement ; chaque mois, il lui avait pourtant adressé des mandats mais sans avoir jamais su l’usage qu’elle pouvait en faire ! Rongé par le remords, le jeune François-Joseph demande conseil sur son avenir à l’ingénieur Bourdon.

En janvier 1883, il embarque donc au Havre pour New York puis destination le Canada.

Le Canada

Construction d’une ligne de la Canadian Pacific Railway à Calgary
Ruée vers l’or en Alaska.
Chantier Panamá, déçu de cette expérience, il repart …
Nouvelle ruée vers l’or au Nevada

Départ pour le Mexique

À Tlalpujahua, en 1895, il fonde Las Dos Estrellas (Les Deux Étoiles), une société d’exploitation minière à l’organisation et à la logistique exceptionnelle. C’est à cette époque qu’il épouse Claudine, sa première femme. Ils divorceront en 1906, car elle ne pouvait avoir d’enfants.

La Veta Verde, de la pauvreté à la richesse

La Veta Verde, en 10 années, il fait fortune, se marie, divorce, vend sa mine d’or et repart. Il part dans le golfe du Mexique, crée une exploitation agricole industrielle et pétrolière. Et pour fuir de la révolution mexicaine il doit repartir en France.

Enfin Porquerolles

Alors qu’il voyage dans le sud de notre pays, il fait la connaissance d’un médecin dont il épouse la soeur, Sylvia France Antonia Johnston Lavis, le 22 décembre 1911. Ils auront 7 enfants. Lors de leur voyage de noces, ils apprennent qu’une île est à vendre dans la région d’Hyères. Un incendie avait ravagé l’ile. Ils la visitent et tombent sous son charme. En 1912, François-Joseph Fournier acquiert Porquerolles qu’il offre à sa femme en cadeau de mariage. En conséquence, deux ans plus tard, il prend la nationalité française.

Une petite clé, un mystère à Porquerolles

Son projet de la Colonizadora, il le réalisera finalement sur cette île pendant une vingtaine d’années. Il fait venir du continent et d’Italie des familles pour s’occuper des vignes, des plantations d’agrumes et autres. Pour être autonome, il crée une forge, une menuiserie, une coopérative, ouvre un dispensaire, installe des religieuses pour s’occuper des enfants des ouvriers. il avait un vrai sens social qui venait de son enfance et qu’il a su transmettre confie sa fille Floria, dans le film consacré à son père.

Le 13 janvier 1935, François-Joseph Fournier meurt. Il est enterré au cimetière de Porquerolles et sa troisième épouse repose près de lui. Il a  emporté un dernier mystère : dans l’une de ses poches, on trouva une petite clé. En conséquence, on ne sait toujours pas quels secrets elle cachait. Les habitants de Porquerolles ont érigé une vasque sur laquelle est gravé : Souvenir des habitants de Porquerolles.